> Retour <

Jean-Pierre Faurie


Né en juin 1947 à Caniac-du-Causse.
Jean-Pierre Faurie est peintre. Nombreuses expositions annuelles, principalement à Paris et en région, en Eure-et-Loir, Lot, Manche, Var et Vendée, mais aussi à la Fondation Ferandiz de Madrid (1996), au musée de Bergkamen (Allemagne, 2000) et à Tokyo (2001).
Il a consacré vingt ans de sa carrière de pédagogue puis de psychomotricien à aider des enfants ayant des difficultés scolaires. Durant les quinze années suivantes, il a exercé la fonction de conseiller pédagogique en arts plastiques dans huit circonscriptions du nord des Hauts-de-Seine en créant en 1988, avec le soutien de la ville de Gennevilliers, le centre de formation « Arts Plastiques du Nord 92 ». Il a eu la responsabilité pendant 3 ans de l’atelier de bandes dessinées, destiné aux adolescents, à l’école des Beaux-Arts Édouard Manet de Gennevilliers.

Le désir de « nourrir la toile » est un thème présent depuis ses premières œuvres (1976).
À partir des années 1990, le peintre emploie une technique mixte, qu’il appelle « sa cuisine ». Sur toile ou papier vélin, elle mêle des sables des carrières d’Eure-et-Loir, de Roussillon (Vaucluse) et d’Afrique du sud, des colles, encres, acryliques, pastels, tissus, végétaux et divers matériaux. « Il y a les peintures battues, les peintures de l’air. Laisser le sable couler sur un support vient d’un tracé intérieur. La terre, ce sont les quarante-six sables de Roussillon. Le feu, c’est la couleur, ce sont les pigments qui donnent la vie à la peinture ».
Avec des titres heureux et des couleurs vigoureuses, il traite de sujets sensibles ou graves, l’« ici et maintenant », ce que l’homme fait à l’homme et à la nature. Les séries Carré de soi et Carré de Moi M’aime, poursuivies depuis 1993, évoquent son dialogue intérieur.
Les séries de peintures Rendez-nous nos Haies, L’Arche de nos Haies (2001), Terres à Rides (2002), Pays-Nages, Pays-Rages (2003), Incendie, Éclipse, Les Écorcés vifs, dénoncent les catastrophes, les effets du remembrement dans le bocage. La série Carré à souches (1997) est liée à la guerre civile rwandaise.
Par une autre technique, les « Photos-graphies » (photographies prolongées par le dessin), Jean-Pierre Faurie nous révèle les âmes qui peuplent notre monde. « Qui regarde qui ? Sommes-nous tout seuls quand nous sommes seuls ? ».
À la chapelle Sainte-Anne de Saint-Pair-sur-Mer (Manche), lieu d’exposition, on peut découvrir huit peintures qui font référence, de manière décalée, au vitrail. En forme de baies en arc brisé, elles sont accrochées entre les fenêtres (2004). « J’ai eu envie de travailler pour cette chapelle depuis qu’un jour, par un soleil écrasant et pour la première fois de ma vie, je suis entré dans la cathédrale de Chartres. J’étais venu pour rencontrer le génie humain des architectes qui ont bâti cette nef de pierre et de lumière. Je suis passé par le portail sud alors que les orgues jouaient. Dans ce passage à la pénombre, l’espace d’une fraction de seconde, j’ai cru en quelque chose, et j’ai compris aussi pourquoi il existe des gens qui pensent que Dieu existe. Les couleurs, les bleus anciens, se promènent dans la cathédrale. La lumière se pose au sol et sur soi. Un instant, par l’imagination, on pense pouvoir emporter un morceau de lumière, on se dit que cette architecture n’est peut-être pas de la main de l’homme. C’est une pensée magique. Dans la vie les choses antinomiques se confrontent. Le vrai et le faux, le blanc et le noir, le désir et la réalité, le laid et le beau… mais aussi le très, très beau ».
« Ayant vu l’exposition sur Henri Guérin au Centre du Vitrail, j’ai la sensation que cette toute première expérience de vitrail va créer une ouverture dans ma pratique artistique. Le vitrail capte et transmet, filtre, enrichit la palette des couleurs de la vie. Le vitrail va révéler des effets plastiques que je ne connais pas, il porte les couleurs très loin, dans un autre espace, en trois dimensions ».
« J’avais une fascination tout petit pour les vitraux de la petite crypte de l’église romane de mon village natal ». Cependant le morcellement des petits morceaux de verre l’avait jusqu’ici retenu de faire des vitraux. La technique contemporaine de la dalle de verre organique est particulièrement adaptée à la façon de peindre de Jean-Pierre Faurie. « Je pourrais peindre directement dans les dalles, ce qui est une première pour moi. » Les vitraux qu’il réalise dans l’atelier avec François Soleille ont pour sujet les quatre éléments qui font les cycles de la vie et de la mort.

Consultez cet article en :

  Faurie, Jean-Pierre