Marc Couturier 

 

La présence des vitraux de Marc Couturier dans l'église d'Oisilly est intimement liée à la restauration de l'édifice. Leur création, souhaitée dès le début du projet, s'est presque imposée quand les travaux entrepris eurent révélé la qualité architecturale de l'église.
 

Oisilly est un petit village de Côte-d'Or, à l'est de Dijon. Son église, inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, date du 12e siècle. Un acte de donation, établi en 1134 par l'évêque de Langres, en présence de Bernard de Clairvaux, la rattache à l'abbaye de Bèze. C'est la première mention de l'église Saint-Léger d'Oisilly.
 

Les vitraux de la nef, traités en grisailles, sont inspirés des "Dessins du 3e jour" de Marc Couturier évoquant des paysages et ceux du choeur, en verre gravé, conçus à partir d'un agrandissement photographique d'une feuille d'aucuba, avec des bleus-verts et des orangés-dorés, évoquant la lumière des étoiles. Ainsi l'ensemble des vitraux s'appuyait sur un thème biblique, le 3e et 4e jour de la Genèse. Leur aspect formel semblait devoir s'inscrire harmonieusement dans l'architecture et le décor de l'église, et de plus tenait compte de la spécificité des différents espaces liturgiques : lieu du baptême, lieu du pardon, assemblée des fidèles, choeur.
 

Le visiteur qui entre pour la première fois est d'abord frappé par l'harmonie des volumes, la sobriété et en même temps la force de l'architecture, par l'ambiance de calme et de sérénité créée par la lumière des vitraux. Mais il est aussi invité à un véritable parcours initiatique dans lequel il ne rencontre que des oeuvres symboliques de grande qualité, chacune à son exacte place et auxquelles s'intègrent les vitraux. (L. Ladey)