LES COULEURS DE LA LUMIÈRE -
LES COULEURS DE LA LUMIÈRE
VITRAIL CONTEMPORAIN EN RÉGION CENTRE
1945 - 2001
 
Dir.: J.-F. Lagier/ Saunier
Centre international du Vitrail / Éditions Gaud,
Chartres / Paris, 2001
Prix de vente: 22 euros
 
Le vitrail contemporain en région Centre (1945-2001)
 

Exposition:
28 avril 2001
31 mars 2002

 
Catalogue:
SAUNIER, Philippe, BERGATTO, Lionel, Les couleurs de la lumière. Le vitrail contemporain en région Centre (1945-2001), Chartres, Editions Gaud/CIV, 2001.
Nombreuses illustrations couleur, notices lieu/artistes, textes français.
Prix de vente = 22 euros

 
Cliquez ici pour découvrir le catalogue (Rubrique <Editions>).
 
 
Les vitraux du XXe siècle, et davantage encore ceux crées depuis 1945, n'ont pas retenu toute l'attention qu'ils méritaient. Les études sont succinctes, souvent inexistantes, et le recensement reste à établir de manière exhaustive.
 
Bien des ensembles, bien des expressions, bien des artistes et des maîtres-verriers méritent aujourd'hui d'être mis en avant. Depuis 1945, quelques ateliers implantés dans la région Centre ont eu le loisir d'œuvrer soit dans des édifices anciens, soit dans des édifices neufs.

La Cathédrale de Chartres possède des vitraux réalisés au XXe siècle. Voila un précieux baromètre pour mesurer la position du service des Monuments Historiques face à la modernité, et ce, dans un édifice qui tire une part essentielle de sa réputation du vitrail, et auquel s'attache la légende tenace du "bleu de Chartres". Au moment où, à la Cathédrale Notre-Dame de Paris, la querelle des vitraux modernes battait son plein, au début du XXe siècle, la crypte de la cathédrale de Chartres redevint le terrain - modeste - d'insertion de vitraux contemporains.

Dernière en date des grandes créations dans les cathédrales de la région Centre, les vitraux réalisés de 1995 à 2000 par Jan Dibbets à la cathédrale Saint-Louis de Blois. Ils concluent brillamment un dialogue constant et diversifié entre patrimoine et création. L'artiste renoue avec la tradition réformée calviniste des Pays-Bas, aux antipodes des conceptions catholiques qui accordent au vitrail et à la lumière valeur d'incarnation. Il confère à l'image un statut particulier, épuré, symbolisé, pour assurer aux écrits leur prééminence.

La région Centre compte également d'illustres foyers de production et de création du vitrail. Le maître-verrier Jean Mauret a concrétisé les projets d'artistes de renom comme justement celui de Jan Dibbets pour Blois. c'est aussi lui qui est à l'origine de la réalisation des verrières de Jean-Pierre Raynaud pour l'abbaye de Noirlac qui donnèrent, dans les années 70, une impulsion nouvelle à la création contemporaine de vitrail.

Mais le vitrail n'a pas pour seule vocation d'embellir les édifices religieux : la création de Louis-René Petit à Montargis est là pour nous le rappeler. C'est lui qui inaugure la technique de la dalle de verre pour le préau du collège du Grand-Clos. D'autres édifices tels que halls d'école, banque ou encore centrale nucléaire sont décorés, en région Centre, de superbes réalisations.

Quelle région peut se targuer aujourd'hui de réunir autant de créations capitales dans quelques-uns de ses plus importants édifices ? Apprécions au passage l'évolution de l'approche concernant le vitrail contemporain dans les monuments historiques, faite de prudence à Chartres, d'ouverture à Bourges, d'audace enfin à Orléans et à Blois, une audace dont on ne soulignera jamais assez combien elle sert et enrichit le monument.

Lumière, couleurs, affect : trois registres sur lesquels le vitrail continue, encore aujourd'hui, de dérouler sa gamme, tour à tour grave, sourde, aiguë, scintillante, dissonante même parfois. Avec plus de 300 vitraux recensés à ce jour, et autant d'expressions et de couleurs, la palette de la région Centre n'a pas de quoi pâlir! Pour bien goûter les couleurs de la lumière, le vitrail a ses exigences : pencher la tête en arrière et lever les yeux, comme une métaphore du dépassement. Reste donc à découvrir cet art et cette pratique séduisants mais que leur attachement à perpétuelle demeure rend bien souvent difficile d'accès et d'appréhension.