ÉCLATS DE VERRE ET DE LUMIÈRE -

L'œuvre vitrail d'Henri Guérin


 
Exposition:
2005-2006
 
Catalogue:
GUERIN-GASC, Sophie, Henri Guérin. L'oeuvre vitrail, Chartres, Centre international du Vitrail/ Editions Privat, 2005.
Nombreuses illustrations couleur, biographie de l'auteur.
Prix de vente = 39 euros.

 
 
C’est une superbe rétrospective de l’œuvre vitrail d’Henri Guérin que propose cette nouvelle exposition du Centre international du Vitrail.
Plus de trente vitraux, près de cent cinquante maquettes, une trentaine de photos des vitraux posés dans les bâtiments, vues intérieures et extérieures, pour appréhender un demi-siècle de création.
Une occasion unique de plonger dans l’univers de ce grand artiste, dont les vitraux illuminent les bâtiments du monde entier.

Rosace pour l’église St-Orens à Auch
 (Gers - 1969). 
 
 
Un Univers-Lumière très novateur
Henri Guérin travaille des dalles de verre de deux à trois centimètres d’épaisseur, y taillant des éclats multicolores, eux-mêmes nuancés par une nouvelle taille, fine et minutieuse. Les éclats de verre sont assemblés par des joints qui entrent dans l’expression et la composition de l’œuvre.

Cette rétrospective permet de comprendre le cheminement artistique et spirituel de l’artiste, de suivre l’évolution de sa technique pour une totale liberté picturale et la pleine expression de sa vision du monde.

Henri Guérin : « Tailleur de lumière »

Architecture sacrée ou profane, bâtiments publics ou privés, dans toute la France, l’Europe, l’Asie, l’Afrique, le Moyen-Orient, l’œuvre d’Henri Guérin est colossale.
À chaque fois renouvelée, toujours induite par le lieu, l’inspiration guide la main de cet auteur-compositeur-interprète qui réalise, seul, l’intégralité de l’œuvre, imaginant, peignant, dessinant les maquettes, découpant et structurant les cartons, taillant et assemblant patiemment chaque éclat de verre et de lumière.
Il est, de nos jours, un des rares artistes à créer et à réaliser l’intégralité du vitrail.

Henri Guérin créateur, tailleur de verre et de lumière, après s’être imprégné du lieu et de l’architecture qu’il doit éclairer, va travailler dans le silence de son atelier, situé à Plaisance-du-Touch, près de Toulouse. Là naissent les chants de ses poèmes que la lumière portera aux quatre coins du monde.
 
 
 Grande verrière pour la direction régionale de l’EDF, Toulouse, 1989 (1020x560cm).

« Je n’oublie jamais, quand je regarde une œuvre désormais immobile et silencieuse, qu’elle est née d’un homme en mouvement, centre tumultueux dont tout l’être s’est immobilisé à la pointe d’un œil, d’une main. […] Je suis un peintre qui ne fait pas de peinture de chevalet. […] J’aime les métiers, j’ai besoin du travail de la main pour dominer un matériau, maîtriser une technique. Le travail de tous les jours me le confirme. La patience des mains enfante l’esprit, l’œuvre naît en grande partie du respect des contraintes, l’exigence les appelle. Je crois que la liberté créatrice s’aiguise par les limites du matériau, et le jaillissement en est d’autant plus fort que plus étroit est le chemin des possibles » (Henri Guérin, « un peintre-verrier », revue Axes).