HISTORIQUE DU BÂTIMENT 


Bienvenue à l'ancienne grange aux dîmes de Loëns

L'enclos de Loëns, dépendant du chapitre cathédrale, constituait autrefois un vaste ensemble à l'extérieur du cloître de la cathédrale : il comprenait un cellier, un grenier, une prison et un four banal. Le bâtiment aux trois pignons du rez-de-chaussée abritait l'ancienne grange aux dîmes. Il accueille, depuis 1980, le Centre international du Vitrail.
En sous-sol, l'immense salle voûtée, était, à l'origine,, le cellier aux dîmes.

Le mot Loen pourrait provenir de l'ancien français loeis "loyer", du latin locatio. Loen pourrait également être un mot d'origine germanique ou nordique signifiant "la grange".


 
Une architecture remarquable
Le cellier gothique de Loëns est l'un des plus remarquables en France. Le style de construction de ses voûtes ogivales indique qu'il remonte vraisemblablement au règne de Philippe Auguste, vers 1200. 

Durant votre visite du Centre international du Vitrail, vous pourrez admirer l'architecture du cellier aux dîmes, qui comporte trois nefs, trois travées de 21 croisées d'ogives supportées par 20 consoles appuyées dans les murs latéraux et 12 colonnes à chapiteaux.
 
 
 Voyage dans les temps médiévaux
 
A l'origine, la dîme du clergé était une pratique de piété. Elle devint obligatoire dès le IVème siècle. Les redevances du titre de cette dîme et les revenus des fermages sur les terres (appelés champart) possédées par le chapitre, étaient versés en nature. Le vin et divers autres produits étaient entreprosés dans le cellier, le froment, l'épeautre, le méteil ou l'avoine étaient stockés à l'étage supérieur. Le blé était stocké et mesuré. Il était porté aux moulins à eau de Chartres en fonction des besoins. Les boulangers le cuisaient ensuite au four banal, appelé le four du Boët. La dîme ou le champart étaient aussi perçus sur les produits vignerons, le comté de Chartres comprenant, outre les champs de céréales, de nombreux petits vignobles.

Le Cellier de Loëns, du XVIIème siècle à nos jours

A la Révolution, la salle de Loëns fut nommée Maison de la Conciliation puis devint un magasin des subsistances militaires. Après l'invention en 1895 du cinématographe, le cellier de Loëns devint une salle de cinéma : on y présenta les films des frères Lumière !

C'est le 5 octobre 1974, que Marcel Gaujard, maire de Chartres, soumit au Ministre de la Culture, André Malraux, le projet d'aménagement de Loëns en Centre international du Vitrail. L'ensemble des bâtiments, classés Monuments Historiques, appartiennent à la ville de Chartres.
 
 
 
Téléchargez ici l'historique complet du bâtiment.