Les zodiaques et les calendriers de la cathédrale de Chartres

 

Vitraux, sculptures, peintures et enluminures

 
Par GEORGES BONNEBAS,
 
diplômé de l’École des Hautes Études en Sciences sociales, historien, professeur agrégé de l’Université
 
 
 
 
Les mardis de 18h30 à 20h
 
1. 04/11 — 2. 02/12 — 3. 13/01 — 4. 10/02 — 5. 10/03 — 6. 31/03
 
 

Parmi toutes les cathédrales et autres édifices religieux, celle de Chartres contient le plus grand
nombre de représentations du monde des paysans au Moyen Âge. Cet ensemble exceptionnel est constitué
principalement par des images calendaires et comporte donc toujours deux séries iconographiques,
scènes d’activités et scènes zodiacales, qu’il convient de connaître ensemble. Une description rigoureuse
et détaillée, que permettent les dimensions et l’état des images, autorise à en identifier le type et la
provenance, et en conséquence de rectifier leur datation supposée.
Au-delà de cette indispensable enquête d’érudition, appuyée sur d’innombrables travaux d’historiens,

l’examen de ces calendriers permettra de s’interroger aussi sur les scènes calendaires ne figurant pas de
travaux agricoles, sur l’absence des femmes dans ces cycles, et sur leurs « signatures ». L’ensemble des
observations préalables ainsi réalisées pourra alors être rapporté à une restitution symbolique et à une
mise en perspective respectueuse des conceptions médiévales, celles de l’univers culturel et mental
des temps de la féodalité et de l’inexistence d’une théologie du travail, comme l’ont bien établi les
travaux historiques de J. Le Goff et de M.-D. Chenu.

 

 

1. Les calendriers perdus de l’Hôtel-Dieu et des collections des bibliothèques médiévales chartraines (chapitre cathédral, abbaye de Saint-Père)

2. Le vitrail du Zodiaque (baie 28a)
Le plus ancien de tous les calendriers de vitrail conservés dans une église.

3. Le calendrier du martyrologe des moines-chanoines du chapitre cathédral (médiathèque, ms. na 4)
Son auteur, un moine farceur, est aussi l’un des peintres-verriers de la cathédrale.

4. Le tau du musée national du Bargello à Florence
Un calendrier sculpté dans l’ivoire, provenant de l’abbaye de Saint-Père, qui éclaire de façon éclatante l’une des logiques programmatiques des images de la cathédrale.
 
5. Le cycle des sculptures du porche
Un éclairage imagé de la réflexion des clercs chartrains sur la place des femmes dans le monde médiéval.

6. Le cycle des sculptures du Portail royal
Un calendrier anachronique qu’on croit pouvoir assimiler à une représentation des Arts mécaniques, par association aux Arts libéraux sculptés au même portail.
 
 

Tarif

6 cours d’1h30 : 38 (Adhésion non comprise)